{{{$data->nom}}}

Le bal des atouts

Scène libre : Simple marche.

Créer une scène libre Répondre

RP posté le

Chose rare : Yssia avait sa journée. Elle n'aimait pas cela, pour tout dire, mais, elle n'était pas en grande forme, ce qui, en tant que soldat, n'était pas pratique.

La jeune fille aimait les fleurs. Chose surprenante sur elle, et que personne ne savait. Comme beaucoup de chose, d'ailleurs.

C'est pour cela qu'elle avait décidée de se promener ici. Elle aimait regarder les fleurs se trouvant ici, vraiment.

Yssia les regardait, mais ayant toujours ce même regard froid sur son visage, toujours vigilante au moindre mouvement suspect, bien qu'elle n'était pas de garde, c'était une chose que la jeune fille ne pouvait s'empêcher de faire.
0

RP posté le

Vous me semblez bien distraite aujourd'hui demoiselle... Depuis que je vous connais jamais je n'avais vu un regard aussi apaisé sur votre visage. Est ce parce que Joko a été arrêté ? Non, finalement ne dites rien je connais la réponse."


Les jardins... C'est mon petit havre de paix... La.ou l'élément familial, le signe du trèfle ressent tout pour moi. Comme une mère et son fils. Mais cette soldate ne sachant pas quoi faire de ses dix doigts se tenait exactement sur la fausse dalle de Pierre cachant mon petit souterrain capable de m'emmener en ville. Il n'est pas terminé. Loin de la même. Mais si elle s'en rend compte. La reine le sera. Et je suis pas sure que cela puisse me sauver les fesses..


-"Pourriez vous me laisser cette place ? C'est la meilleure pour observer tour le jardin et j'y tiens énormément... Vous seriez bien gentille soldat de Pique."

0

RP posté le

La jeune fille sursauta en entendant une voix derrière elle, et, se retourna vivement avant de voir que la personne derrière elle ne représenter aucune menace..

Comme d'habitude, elle fit une référence pour saluer.

- Bien le bonjour , mademoiselle Trefalis. Excusez moi. Je ne serais plus aussî distraite, la prochaine fois.

Son ton et son visage ne représentait aucune émotion. Elle avait, en ce moment même, juste l'air d'un robot. Puis, elle reprit la parole.

Assya, après avoir écouté attentivement les paroles de la jeune fille prit la parole.

- Oui, bien sûr. Excusez moi une nouvelle fois, je ne pensais pas erre sur la place préférée de quelqu'un.

Et son ton... Toujours aussi froid, glacial même. Et, très vite, elle recula un peu de cette place, afin de la laisser à Amaryllis
0

RP posté le

-"Êtes vous toujours aussi froide ? Remarquez... En tant que soldat je ne penses pas que rigoler pour un sou soit une bonne chose. J'ai pris conscience que vous êtes de repos jusqu'a la prochaine lune. Que faites vous donc au palais royal alors que vous avez la possibilité d'aller en ville ?"


Je me déplaçait alors. Longeant les parterres de trèfles surplombant une partie du jardin. 3 feuilles, 4 feuilles voir même 5 ! La floraison de cette année semble bien chanceuse... Du bout de mes doigts, j'effleurai chacune de ses magnifique plante d'un vert pur afin que chaque frollement puisse animer mes capteur sensoriels du bout des doigts pour me faire ressentir ce frisson intense.


Ce soldat me semble bien silencieux. Est ce par ma présence ? Ma prestance ? Il est vrai que depuis que j'ai reçu le don de l'as de trèfle. Ma présence physique est morale est, je le pense. Impressionnante. Je dois dégager une aura tellement unique... Identique des autres membres du conseil mais à la fois tellement différente. Pas étonnant que je m'ennuie autant.


-"Le saviez vous, l'art de séduire un homme est dans le regard, le touché, la posture. Je l'ai lu dans l'un de mes nombreux livres... Je vais vous dire un petit secret. Gardez le pour vous soldat. J'aimerais tomber amoureuse. J'aimerais que celà soit comme dans les livres. Mais c'est impossible... Je suis prisonnière de ses murs de Pierres. Mais par les As. Si un homme, mon homme venait à apparaitre. Jamais je ne ferais le premier pas, je suis une femme tout de même mais... Mon talent présidera dans mes yeux émeraude et mon touché plus agréable que la soie voyez vous ? L'observer de mon regard transit. Tandit que de mes frêles mains. Parcourant son corps taillé par un entraînement puissant lui fasse ressentir toute les émotions du monde en lui. Une alchimie unique pourrait ce former par un simple touch. Pensez vous que cela puisse m'arriver ?"


Je me tournais alors vers elle. C'est une très belle femme, j'en serais presque jalouse. Les hommes doivent être attiré par elle comme un rat pour du fromage... Et au lieu de profiter de sa vie. De sa liberté. Elle reste ici. Étrange personne qu'est cette femme...

0

RP posté le

- Je n'ai rien à faire, en ville.

Jamais elle n'avouerai qu'elle était venu voir ces fleurs. Eh, Yssia ne voulait pas passer pour une jeune fille "fleur" bleue. Eh. Elle est SI marrante, dommage que personne ne puisse en profiter.

Enfin, ce n'était pas vraiment sa tasse de the que d'avouer qu'elle les aimaient, ces fleurs.

Et puis, quand Trefalis se remit à parler, Yssia resta figée.. Ah.. Trop d'information pour elle, la.. Et puis, que pouvait elle répondre à cela ?

La jeune femme ouvrit la bouche pour parler, et, resta comme cela un instant, en ne disant rien, l'air hébétée avant de refermer cette bouche, de secouer la tête, et, de prendre une grande inspiration, ainsi que son air neutre.

- J'imagine. Je ne sais pas. Je ne peux pas lire l'avenir, vous savez ? Et, les livres ne sont pas le reflet de la réalité, votre livre pourrait n'être que mensonger.

Son ton, quand à lui, ne suivait pas sa tête, il etait la, quelque part entre sa froideur habituel, et, une sorte d'hésitation. Quand à ses yeux rouges, eux, se contentait de regarder la jeune fille droit dans les yeux, sans qu'elle ne détourne une seule fois le regard.
0

RP posté le

Quelle froideur, franchement je pensais les soldats un poil plus aimables. Quel affront de sa part de parler de la sorte. Si je n'étais pas dans mes bons jours. Elle aurait fini hors de la cité avec pour seules affaires sa propre vie. Mais je l'avais entendu. Ce pas assuré. Ce grincement sinistre venant de... De l'est du jardin si mon ouïe est assez fine... Elle m'avait retrouvée. Cette foutue bonne femme en charge de mon éducation. Autant les gardes sont faciles à duper mais elle... Brrr j'en ai froid dans le dos.

Je fis une révérence en signe d'au revoir au sol et avant de prendre ma robe à pleines mains pour commencer à fuir en direction du palais Régence...
0
Créer une scène libre Répondre
*/ ?>